Logo Eco PTZ

 

Si vous réalisez des travaux de rénovation énergétique dans votre résidence principale achevée depuis plus de deux ans, alors vous pouvez bénéficier d’un prêt sans intérêts. Appelé éco-prêt à taux zéro (Eco PTZ), cet emprunt est un instrument bancaire à ne pas négliger dans le cadre du financement de votre rénovation énergétique.

L’équipe Facirénov vous en dit plus sur cet outil de financement incontournable de la rénovation énergétique.

Quels travaux sont éligibles à l’éco-prêt à taux zéro?

L’isolation Thermique :

  • L’isolation de la totalité des toitures (combles perdus, rampants, toiture terrasse)
  • L’isolation par l’intérieur ou l’extérieur d’au moins 50% de la surface extérieure.
  • Le remplacement d’au moins 50% des menuiseries.
  • L’isolation des planchers bas ainsi que le plafond de votre sous-sol par exemple.

Les Systèmes :

  • L’installation ou le remplacement d’un système de chauffage énergivore par un système performant.
  • La pose d’un système de chauffage par énergie renouvelable.
  • L’installation d’un système de production d’eau chaude sanitaire (ECS) par énergie renouvelable.

Les frais d’étude et de maîtrise d’œuvre sont également éligibles et en fonction des travaux réalisés, certains travaux additionnels peuvent devenir éligibles.

Quelles conditions techniques pour en bénéficier ?

Pour être éligibles à l’Eco PTZ, il est important de respecter un certain nombre de critères.
Les installations doivent répondre à des critères de performance minimum, les mêmes que ceux appliqués pour l’octroi de MaPrimeRénov’. Le matériel devra également être fourni et installé par un professionnel qualifié et reconnu RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

Les travaux doivent porter au moins sur une action efficace d’amélioration de la performance énergétique. C’est-à-dire qu’il doivent intervenir, soit sur le système de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire (ECS), soit sur l’isolation de votre habitation.

Quel est le montant de l’éco-prêt à taux zero?

En fonction du nombre d’actions réalisées, le plafond de l’éco prêt évolue:

  • Pour une seule action (hors remplacement des menuiseries) :15 000€
  • Bouquet de deux actions : 25 000€
  • Bouquet de trois actions ou plus : 30 000 €
  • Opération de performance énergétique globale : 30 000 €
  • Travaux d’assainissement non collectifs :10 000€
  • Remplacement seul des menuiseries : 7 000 €

Si les travaux permettent de réaliser au moins 35% d’économie d’énergie et amener votre habitation à une étiquette énergétique de lettre E (<331 kWh/m².an), alors vous pouvez prétendre à l’option « Performance énergétique globale ».
Ces données doivent être justifiées par la réalisation d’un audit énergétique.
La durée du remboursement peut aller jusqu’à 15 ans.

Comment demander votre éco-prêt à taux zero?

Un formulaire accompagné d’un certain nombre de documents devra être complété et signé par les entreprises qui interviendront sur votre chantier. Les équipes Facirénov s’occupent alors de compléter ces documents pour vous.

La demande de l’éco PTZ s’effectue auprès d’une banque classique qui est signataire d’une convention avec l’Etat. Le plus simple est donc de déposer ce dossier auprès de votre banque habituelle. Celle-ci instruira votre dossier et vous donnera une réponse définitive dans les meilleurs délais.

Peut-il être directement distribué par Facirénov ?

A ce jour, à titre expérimental, deux sociétés de tiers-financement ont eu l’autorisation de distribuer l’Eco-PTZ à leurs clients d’ici mi 2021. Il s’agit d’Ile de France Energies et de Hauts-de-France Pass Rénovation.

Nos équipes sont donc très attentives aux résultats de l’expérimentation de nos confrères qui, espérons le, nous permettra à moyen terme de nous aussi distribuer l’Eco-PTZ sur le territoire de Bordeaux Métropole.

 

Bon à savoir: L’éco PTZ dans sa forme actuelle est disponible jusqu’au 31/12/2021 et les propriétaires bailleurs en bénéficier également si le logement est loué en résidence principale.

Facirénov est votre interlocuteur privilégié lors de votre projet de rénovation, nous vous assistons et accompagnons dans la réalisation de l’ensemble de vos démarches administratives pour la simulation et la mobilisation d’un éco prêt à taux zero.

Prenons contact !

Bandeau COVID-19

L’équipe Facirénov est heureuse de vous retrouver et s’organise pour continuer à vous accompagner en toute sécurité dans votre projet.

Nos techniciens en rénovation énergétique ont été équipés avec tout le matériel de protection nécessaire : masques de protection, gel hydro-alcoolique, sacs poubelle, autant d’outils pour appliquer les gestes barrières.

Ils ont également été sensibilisés sur les règles de distanciation pour sécuriser leur venue dans votre logement.

Ces mesures mises en place nous permettent donc de reprendre les visites pour la réalisation des audits énergétiques et les visites des suivis de chantiers.

Pour tout rendez-vous dans votre logement, la démarche mise en place est la suivante :

En prévision de la visite dans le logement :

Echange téléphonique de préparation de la visite avec l’un de nos techniciens en rénovation énergétique qui est votre interlocuteur dédié.

Une fois dans votre logement :

Votre interlocuteur porte un masque et une visière de protection, durant toute la visite et sera en mesure de vous fournir un masque de protection si vous n’en avez pas.

Notez qu’il est indispensable d’assurer un accès à un point d’eau avec savon à notre technicien en rénovation énergétique.

En attendant de vous rencontrer et avancer à vos côtés sur votre projet, prenez soin de vous et de vos proches.

Une question sur la rénovation énergétique ? Un projet ?

Parlons en !

Avant de vous lancer dans des travaux de rénovation, découvrez la plateforme Ma Rénov. Un portail, géré par Bordeaux Métropole, utile pour s’informer et réfléchir sur l’intérêt d’embarquer les économies d’énergie dans votre projet.

marenov bordeaux metropole

Pourquoi la rénovation énergétique ? Bordeaux Métropole vous explique tout sur Ma Rénov

Quoi rénover et avec qui ? Si vous retenez la solution d’une rénovation énergétique, Facirénov par Bordeaux Métropole Energies vous accompagne comme interlocuteur unique, du début à la fin de votre chantier, avec un service clé en main et sur mesure :

Contacter Facirénov

Le 2 juillet dernier, Bordeaux Métropole a amorcé une nouvelle étape du déploiement de sa charte climat-énergie avec le lancement d’un volet consacré au parc tertiaire.

Adopté en 2017 par Bordeaux Métropole, le Plan d’action pour un territoire durable à haute qualité de vie définis des objectifs pour un territoire à énergie positive d’ici 2050. Pour cela, la charte climat-énergie du territoire a été créée autour de deux dynamiques f :

  • accélérer la transition énergétique locale ;
  • développer massivement les énergies renouvelables.

Le parc tertiaire : un volet prioritaire du territoire

Le bâtiment (habitat et tertiaire) est le premier secteur de consommation d’énergie du territoire métropolitain, contribuant à 47 % de la consommation énergétique finale ainsi qu’à plus de 30 % des émissions de gaz à effet de serre. Le secteur tertiaire représente à lui seul 21 % des consommations d’énergie.

C’est en accord de la loi de transition énergétique pour la croissance verte qui fixe un objectif précis pour le tertiaire (réduire les consommations d’énergie finale d’au moins 60 % en 2050 par rapport à 2010) que ce volet de la charte a défini des objectifs ambitieux pour la métropole : rénover 200 000 m² de bâtiments tertiaires par an et multiplier par cinq la production de chaleur et d’électricité verte à l’horizon 2030. C’est pourquoi il est apparu indispensable à la métropole d’inclure un volet « tertiaire » à sa charte climat-énergie.

L’engagement des acteurs comme clé de voûte du dispositif

Bordeaux Métropole a souhaité rassembler les acteurs publics et privés afin de co-conduire la mise en œuvre de ce volet de la charte d’engagement climat-énergie. Ce fut une occasion unique de mobiliser les acteurs publics et privés pour améliorer l’efficacité énergétique du parc, et le confort des occupants. Ces travaux sont conduits en coordination avec la charte tertiaire menée au plan national par le Plan Bâtiment Durable.

Le 2 juillet, un événement de lancement de cette dynamique a rassemblé les premiers acteurs volontaires et signataires de la charte. Jérôme Gatier, directeur du Plan Bâtiment Durable, a participé à la signature au côté des premiers acteurs dont Bordeaux Métropole Énergies. L’objectif de Bordeaux Métropole est aujourd’hui de poursuivre la démarche et de continuer à trouver collectivement des leviers de mobilisation afin de réduire les consommations énergétiques et émissions de gaz à effet de serre de la métropole et ainsi contribuer à l’atteinte des objectifs territoriaux.

Engagés pour FAIRE », le nouveau mot d’ordre du ministère de la Transition écologique et solidaire, le ministère de la Cohésion des territoires, l’Anah (Agence Nationale de l’Habitat), l’ANIL (Agence Nationale pour l’Information sur le Logement) et l’ADEME. Lancée en septembre, la campagne FAIRE (Faciliter, Accompagner et Informer pour la Rénovation Énergétique) vise à promouvoir la rénovation énergétique des bâtiments auprès du grand public.

marenov FAIRE projet

Les bâtiments, un poste de consommation important

En France, le bâtiment témoigne d’un très fort impact sur l’environnement. En effet, s’il on en croit le dossier de presse de la campagne FAIRE, « 45 % de l’énergie finale est consommée par les bâtiments » et ils engendrent « 27 % des émissions de gaz à effet de serre ».

Ce problème est notamment dû à un manque d’isolation qui génère des déperditions d’énergie mais qui fait aussi monter la facture des ménages qui surchauffent pour compenser. En effet, 7 millions de logements sont encore mal isolés. Un problème d’autant plus important, puisqu’un Français sur cinq se trouve en situation de précarité énergétique, c’est à dire que plus de 10% du budget de son foyer est consacré à l’énergie.

La campagne est à mettre en lien avec le Plan de Rénovation énergétique des bâtiments lancé en avril dernier par l’Etat, qui vise à faire baisser la consommation énergétique et à « l’éradication de la précarité énergétique en 10 ans ». Concrètement le gouvernement s’est engagé à rénover 500 000 logements par an jusqu’en 2050 en commençant par supprimer « les passoires thermiques occupées par des personnes aux revenus modestes » à horizon 2025.

Un manque d’information auprès des ménages

Selon l’ADEME, « seulement 15 à 17 % des ménages ayant réalisé des travaux en 2017 ont bénéficié d’information et d’accompagnement. » Partant de ce constat, les acteurs du logement se sont réunis pour lancer une campagne de communication télévisée et sur les réseaux sociaux qui sera déployée pendant 3 ans.

Par ailleurs, un site internet www.faire.fr a été mis en ligne pour proposer aux citoyens des renseignements sur la rénovation thermique. Il se décline autour de 3 axes :

  • I. FAIRE SIMPLE qui propose des gestes simples afin d’améliorer son confort tout en faisant baisser sa consommation d’énergie, donc sa facture ;
  • II. FAIRE MIEUX qui explique les solutions d’isolation et de ventilation qui peuvent être intéressantes pour un hébergement ;
  • III. FAIRE PLUS qui s’attache à lister tous les travaux et aménagements pouvant être réalisés pour améliorer la performance énergétique de sa maison ou de son appartement.

Ce site web est également l’occasion de recenser les professionnels RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) et les architectes adhérents au réseau. Il se pose enfin comme une plateforme pour décrypter les différentes aides financières auxquelles sont éligibles les ménages dans le cadre de travaux de rénovation énergétique.

Promouvoir plus de confort thermique

« 94 % des ménages ayant réalisé des rénovations performantes trouvent qu’ils ont amélioré le confort thermique de leur logement et 74% observent déjà des réductions des dépenses énergétiques. » ADEME

L’objectif de la campagne est d’inciter les citoyens à réaliser des travaux pour se sentir mieux chez eux, pour devenir « tous éco-confortables ». Alors que les Français tendent à rénover uniquement pour remplacer une structure vétuste, le gouvernement et les autres acteurs institutionnels veulent favoriser la prévention. Ils expliquent que « la rénovation énergétique des bâtiments permet de baisser la facture énergétique donc à la fois d’améliorer le pouvoir d’achat, notamment des citoyens les plus fragiles, et de lutter contre le changement climatique. »

Pour ce faire, il existe différents types de chantiers :

  • Les travaux d’isolation pour lutter contre la déperdition d’énergie et de chaleur et se prémunir du froid, surtout à l’approche de l’hiver ;
  • Les travaux de ventilation afin de faire diminuer l’humidité et les moisissures qu’elle peut générer ainsi qu’améliorer la qualité de l’air ;
  • La mise en place de nouveaux équipements plus performants comme une chaudière, un chauffe-eau ou encore des panneaux solaires, par exemple.

Les Français considèrent les aides à la rénovation énergétique trop complexes et estiment ne pas être suffisamment informés sur le sujet. Le budget qu’ils sont prêts à consacrer à ces travaux est en chute libre.

Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), éco-prêt à taux zéro ou encore chèque énergie : ce sont autant de dispositifs dont les Français peuvent bénéficier pour réaliser leurs travaux de rénovation. Problème: près de 80% d’entre eux (78% exactement) déclarent n’en connaître aucun, selon un sondage d’Opinionway pour Teksial/Monexpert-renovation-energie.fr.

Bordeaux-renovation-energetique-aides
Bordeaux-renovation-energetique-aides

Le CITE, qui pourrait de nouveau s’appliquer aux remplacements des fenêtres, est l’aide la plus connue mais n’est cité que par…7% de sondés. Seulement 2% des Français interrogés savent, par exemple, qu’ils peuvent bénéficier d’un prêt à taux zéro pour les travaux de rénovation énergétique. Enfin, 3% ont donné comme réponse l’Anah (Agence nationale pour l’habitat), pourtant spécialiste des aides pour travaux aux ménages modestes. Les Français regrettent de ne pas être suffisamment informés pour mieux comprendre ces dispositifs.

Mais connaître ces dispositifs ne suffit pas. Encore faut-il également les comprendre. Or, pour 77% des particuliers (ayant déjà réalisé ou envisagent d’effectuer des travaux), ces aides sont trop compliquées. Difficile à partir de là d’inciter les particuliers à rénover leurs logements. Le gouvernement, qui va investir 14 milliards d’euros sur cinq ans pour lutter contre les «passoires thermiques», lui-même reconnaît ne pas avoir assez communiqué sur ces aides qu’il juge par ailleurs «trop complexes».

Ces efforts sont d’autant plus indispensables qu’un Français sur deux estime que des travaux de rénovation seraient nécessaires pour leur logement. Parmi les travaux envisagés, on retrouve l’isolation des murs (16%) ou des combles (14%), le changement du système de chauffage (16%) ou encore l’installation des thermostats programmables (14%). Le remplacement de fenêtres n’arrive qu’en cinquième position alors qu’il occupe la première place (42% contre 35% pour les combles) des travaux déjà réalisés.

Surtout, ces aides leur seraient d’une grande utilité d’un point de vue financier. Le budget moyen que les Français pourraient accorder aux travaux de rénovation énergétique est en chute libre depuis près de trois ans. De 2963 euros en janvier 2016, il est passé à 1758 euros aujourd’hui, soit une baisse de plus de 40%. «La nécessité de devoir avancer les fonds, en dépit des aides existantes, est un frein pour les ménages, explique Mathieu Paillot, président de Teksial. Il y a au moins neuf mois de décalage entre les travaux et la perception de l’exonération fiscale».

Recevoir notre newsletter
Contact
Nous contacter ?
C'est par là
Rechercher
Rechercher
Fermer